27/09/2010

L’intégrisme laïc a-t’il frappé le gouvernement ?

On peut penser ce que l’on veut de l’homme, de son action, de sa religion. Je veux parler ici de feu Mgr Genoud qui a quitté cette terre la semaine dernière.

A l’heure où les gouvernements et les gouvernants (à Genève aussi) ne cessent de regretter la perte de certaines valeurs de notre société, notamment le respect  vis-à-vis des Institutions, des religions, etc…le gouvernement de la République et canton de Genève n’a pas daigné se faire représenter aux obsèques de celui qui fut Evêque de Lausanne, GENEVE et Fribourg, alors que le canton de Vaud était représenté par le Conseiller d’Etat Leuba et que le gouvernement fribourgeois, lui, par une très large partie de ses représentants.

Je ne connais pas les motivations de cette absence, je vais d’ailleurs questionner le Conseil d’Etat à ce sujet, mais si elle devait être le fait du principe de laïcité, invoqué à toutes les sauces dans notre République selon les envies et selon que cela convienne ou pas à celui ou celle qui l’invoque, cela serait non seulement dommage mais facile et intégriste.

Comme tous les intégrismes, l’intégrisme laïc devient dangereux dès lors que sous ce prétexte l’on nie l’existence même de valeurs tant juives que musulmanes, tant catholiques que protestantes.

En niant l’existence de ces valeurs, l’on finit par nier l’existence de leurs représentants et de leurs Institutions et cela devient franchement dangereux.

12:35 Publié dans Genève | Tags : religion, laïcité | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

12/05/2010

La France lève le voile

burqua-preservatif-L-1.jpg

Le débat sur une résolution (déclaration d’intention) autour de l’interdiction de la burqua en France n’a pas donné lieu à une foire d’empoigne, à des dérapages populistes ou islamophobes, hier à l’Assemblée Nationale française, et c'est tant mieux.

Bien au contraire, le débat fut de haute tenue et le vote final (unanimité des élus présents, Communistes et Verts n’ayant pas participé au vote) démontre que tant la gauche que la droite ont su se réunir autour de valeurs républicaines et laïcs, valeurs chères à la France.

Ainsi, après une écoute attentive du débat, j’ai retenu les déclarations suivantes :

cope.jpgPour  Jean-François Copé (UMP)  «le voile intégral n'est pas un vêtement, mais un masque porté en permanence, qui constitue une menace pour notre société». Et  «nous ne pouvons pas laisser le voile intégral couvrir le visage de notre République».



glavani.jpgAlors que pour Jean Glavany (PS) le vote de son groupe se fait « les yeux ouverts, sans aucune illusion sur les arrière-pensées des uns et des autres».




gerin.jpgLes communistes et les verts n’ont pas participé au vote mais l’on peut retenir l’intervention d’André Gérin (PCF) pour qui cette résolution «sera une marque forte» et un projet de «libération pour les femmes, qui sera un enjeu de civilisation». Et encore d’affirmer que  «l'heure n'est pas à la dérobade. C'est le courage civique des citoyens qui est à l'ordre du jour.» .

Le débat en France ne fait que commencer puisque l’Assemblée Nationale devra se prononcer sur un projet de loi qui doit concrétiser cette résolution mais là, l’unanimité risque de s’effriter, puisque le PS a d’ores et déjà affirmé quelques réticences relatives à l’application de dispositions telle que l’interdiction du port de la burqua  sur tout l’espace public.

Rappelons ici que ce débat a été relancé à la suite du vote du peuple suisse sur l’interdiction des minarets. Après la Belgique, la France s’apprête à entamer un débat de société important que notre pays n’a pas encore pris à bras le corps mais il y a fort à parier que nous n’en ferons pas l’économie.

Affaire à suivre…

 

 

06:26 Publié dans Politique | Tags : religion, burqua, islam, femmes, france | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |