21/04/2009

Le provocateur iranien a encore frappé!

Ce qui devait arriver, est arrivé.

Les propos tenus par le Président iranien Ahmadinejad, en marge de la conférence contre le racisme à Genève, sont inacceptables et doivent être condamnés avec la plus grande vigueur.

 

Comment peut-on accepter qu’un « Chef d’Etat » salisse la mémoire de millions de morts et  salisse le deuil de leur famille ?

 

Comment accepter le détournement d’une conférence onusienne, sur un sujet cher au démocrate-chrétien que je suis, à savoir la lutte contre tous les racismes, ai fait l’objet d’un tel détournement qui ne vise que des buts de politique intérieure ?

 

Il y a lieu de condamner l’attitude du président iranien tout comme il y a lieu de condamner l’attitude du Conseil fédéral qui, comme dans l’affaire du secret bancaire, n’a visiblement pas l’ombre d’une stratégie claire et a laissé ainsi une tribune libre, sans autre forme de rétorquassions, à un homme fort peu recommandable.

 

Il est temps que le gouvernement fédéral se reprenne en main et fasse savoir à l’opinion publique si les propos tenus par ce « Monsieur », sur notre territoire, ne doivent pas faire l’objet d’une condamnation officielle de la part de la Suisse.

08:49 Publié dans Politique | Tags : iran, racisme, négasionnisme | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |