10/11/2010

Personnel des douanes : interpellation urgente

 

douane.jpg

La situation alarmante des effectifs du personnel des douanes a de quoi effrayer. Cette corporation a besoin de soutien, elle qui effectue un travail difficile pour assurer la sécurité du territoire national, donc la nôtre. Malgré des engagements pris par la Confédération, engagements que le Parlement genevois a pu entendre de ses oreilles au mois de mai 2010, plusieurs éléments laissent à penser que les paroles vont s'envoler avec le vent d'hiver.

Ainsi, et pour clarifier la situation, j'ai déposé l'interpellation urgente écrite suivante :

 

Secrétariat du Grand Conseil

Interpellation présentée par le député:

Fabiano Forte

Date de dépôt:
Messagerie

IUE

Interpellation urgente écrite

Gardes-frontières, quels effectifs et quelles garanties ?

Mesdames et Messieurs les députés,

Lors de la session du Grand Conseil du 28 mai 2010, alors que nous traitions la R 615, Madame la Conseillère d’Etat Isabel Rochat, s’exprimait en ces termes (tiré du Mémorial) :

« En effet, j'ai l'occasion - et je pense que cela ne va pas m'arriver souvent - donc j'ai l'occasion, à peine la résolution déposée, de vous apporter une réponse qui est une bonne nouvelle: je sais depuis hier soir, de la bouche de M. Rudolf Dietrich, directeur général des douanes, qu'il met à disposition de Genève 24 nouveaux gardes-frontière à partir de janvier. Une nouvelle école sera créée et ouvrira ses portes entre janvier et février. Genève disposera donc de 24 nouveaux gardes-frontière. Il m'a encore été précisé que cette décision a été prise à titre tout à fait exceptionnel - certains parleront d'une Genferei de plus ! En tout cas, c'est une bonne nouvelle, et je voulais la partager avec vous ce soir. ».

Bien que cette annonce soit tombée à pic, notre Parlement a décidé tout de même de voter la R par 79 OUI et 4 ABST.

Malheureusement, les nouvelles venant de Berne, du point de vue budgétaire ont de quoi nous laisser songeurs sur la mise en œuvre des engagements pris.

Il est ci-dessous reproduit, in extenso un courrier de l’association du personnel de la Confédération au Conseil fédéral :

"Suppression des primes de prestations"

Suite du programme de consolidation pour les années 2011 à 2013 (PCO 2011/2013), les départements et les services de la Confédération seront obligés de réduire les frais de personnel de 1 % en 2011 et en 2013. Le Conseil fédéral a pensé que cette directive pouvait être mise en oeuvre sans problèmes notables, dans le cadre des fluctuations usuelles. Aujourd’hui, de nombreux services ne sont manifestement pas en mesure de mettre en pratique la directive 2010, parce qu’ils doivent en plus faire face à des sureffectifs. Ce phénomène s’explique par le faible taux de résiliation consécutif à la récession, ou par des restructurations. Facteur aggravant, le nombre de collaborateurs et collaboratrices partis en retraite a diminué en 2009. C’est là la conséquence directe du changement de primauté à la caisse de pensions Publica et des réductions de rentes liées à ce changement. Dans le but de parvenir tout de même à réaliser ces économies, quelques services se sont mis à réduire la masse salariale disponible pour l’évolution du salaire (art. 39 OPers) et l’allocation des primes de prestations (art. 49), ou les ont totalement supprimées, en particulier au DDPS, le Département de la défense, de la protection de la population et des sports et à l’Administration fédérale des douanes (AFD). Des groupes entiers de collaborateurs et collaboratrices sont touchés par cette mesure. À l’AFD, le montant de 3 millions de francs, disponible pour les primes de prestations, a été entièrement supprimé. Cet exemple montre quels effets absurdes ont les économies linéaires voulues par le Parlement. Cette manière de faire enfreint l’article 15 alinéa 1er de la loi sur le personnel de la Confédération (LPers), selon lequel le salaire dépend de la fonction, de l’expérience et de la prestation. Il n’est pas admissible de supprimer certaines composantes salariales pour des raisons d’économies. De plus, cette manière d’agir rend de fait caduc le système d’évaluation personnelle (art. 15 al. 3 OPers). Du moment que l’évaluation personnelle n’a plus d’incidence sur le salaire, elle perd sa raison d’être. Les réductions et les suppressions effectuées au chapitre de l’évolution du salaire et des primes de prestations ne sont pas seulement contraires à la loi, elles sont aussi injustes : les collaborateurs et collaboratrices doivent payer les conséquences de la politique d’austérité, alors qu’ils n’en sont pas responsables. La satisfaction au travail va du même coup diminuer encore davantage. Ce n’est pas sans de bonnes raisons que la Communauté de négociation du personnel de la Confédération (CNPC) s’est toujours prononcée contre le salaire au mérite : en termes de politique du personnel, une satisfaction au travail élevée, en lien avec des salaires fixes, nous importe beaucoup, et nous avons craint que le Conseil fédéral n’ait pas la volonté d’augmenter suffisamment la masse salariale ainsi que de la garantir. Les retombées des mesures d’économies sur le salaire sont aujourd’hui plus graves que ce qu’on pouvait redouter : la masse salariale disponible est diminuée, parfois de manière tout à fait massive, comme le montre l’exemple de l’AFD. Le Conseil fédéral évoque volontiers et réitère de temps à autre sa volonté de pratiquer une politique du personnel honnête et fiable. Les actuelles mesures d’économies sont en opposition totale avec ces déclarations. La Confédération doit accepter le reproche de n’être pas un employeur fiable sur le plan de la politique salariale. Rappelons de surcroît que le conseiller fédéral Hans-Rudolf Merz a, lors des discussions salariales qui ont eu lieu avec les associations du personnel le 27 mai 2010, donné l’assurance que le pouvoir d’achat serait préservé. C’est pourquoi nous invitons le Conseil fédéral à faire respecter l’application correcte de la loi sur le personnel de la Confédération. Les départements et services concernés doivent être dotés des moyens financiers nécessaires, afin de pouvoir remplir leurs obligations.

Avec nos salutations distinguées.

ASSOCIATION DU PERSONNEL DE LA CONFÉDÉRATION

Der Präsident Für die Geschäftsstelle

Hans Müller Rolf Zimmermann

3.323.1 AE

 

Ainsi, le Conseil d’Etat peut-il confirmer les informations transmises à notre Parlement en date du 28 mais 2010 et les perspectives d’avenir de cette profession sur notre canton ?

 

 

 

 

10:59 Publié dans Politique | Tags : douane, frontière, personnel, confédération, interpellation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/05/2010

Sécurité aux frontières : deux occasions manquées!

61211506.jpg

Le Parlement de Genève a loupé deux occasions de se saisir, en urgence, d'une résolution du groupe PDC demandant à ce que la Confédération cesse les économies de personnel au sein du corps des gardes frontières, préférant à ce texte, une résolution de l'UDC concernant le harras national d'Avenches!

Quel sens des priorités de la part des partis socialistes, verts, radical et libéral!

Pendant que le Parlement fait la sourde oreille, les malfrats, eux, s'amusent...!!!... :

http://www.tdg.ch/geneve/faits-divers/garde-fontiere-tire...

18:54 Publié dans Politique | Tags : douane, frontière, sécurité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

06/05/2010

Le Grand Conseil préfère les chevaux à la sécurité!

Cheveaux_FM.jpg

Les économies fédérales dans le domaine des harras nationaux méritent, visiblement, plus d'attention de la part des politiques genevois que l'irresponsable décision, du Département fédéral des finances (M. Merz...), de couper dans les effectifs des gardes frontière!

En effet, le Parlement à décidé de débattre en urgence, ce soir jeudi 6 mai 2010, d'une résolution de l'UDC (vous savez les chantres de la sécurité) pour s'effaroucher de la fermeture du harras national d'Avenches au détriment d'une résolution du PDC qui demandait au Conseil fédéral de revoir sa position de ne pas engager 20 aspirants douaniers pour la sécurité de nos frontières à Genève.

Cette résolution priait le gouvernement fédéral de trouver ces économies dans d'autres secteurs de l'administration fédérale tant la pénurie de personnel est criante dans le corps des gardes frontière.

J'ai beaucoup d'affection pour les chevaux et les animaux en général mais il me semble qu'il est des sujets politiques plus importants dont le Parlement de Genève devrait se saisir...ainsi va la vie, elle va, mais je ne sais où?

P.S.
Peut-être eut-il fallu proposer une douane montée pour donner de la chance à la résolution du PDC ?

 

21:32 Publié dans Politique | Tags : harras, chevaux, sécurité, douane | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

04/05/2010

Douane : un problème national

douane.jpgDans ce pays, il en va ainsi : on sacrifie l'un des droits les plus fondamentaux, la sécurité, sur l'autel des économies et voilà que 20 apirants douaniers, après avoir passé tous les "filtres" de la sélection à l'embauche, se voient signifer que pour des raisons budgétaires, il ne se verront pas proposer un contrat de travail (lire : http://fabianoforte.blog.tdg.ch/archive/2010/04/29/nous-r...).

Cette décision, à la lumière du rapport du Conseil fédéral sur la politique de sécurité, démontre que le gouvernement ne sait où mettre les priorités et que le Département de tutelle de l'administration des douanes, le Département fédéral des finances, est en manque crasse d'imagination alors que ce sont 70 douaniers qui manquent pour que la mission soient remplies le mieux possible. Le mammouth fédéral est-il aussi "fit" qu'il n'y avait pas d'autres endroits pour effectuer ces coupes? Il y a lieu d'en douter!

Le Conseil fédéral n'avait-il pas promis d'augmenter les effectifs douaniers au moment de la votation sur l'Espace Schengen, cet Espace Schengen utile pour les gens honnêtes mais aussi aspirateur de gens malhonnêtes? Attention, nous touchons là à un sujet tabou...Cessons de nous voiler la face!

Bref, la technocratie bernoise a décidé de priver Genève d'une sécurité aux frontières assurée par des hommes bien formés et qui faisaient preuve, jusqu'il y a peu, d'un engagement exemplaire, en préférant le bricolage à l'augmentation des effectifs, bricolage qui consiste à faire venir, d'autres cantons, notamment du Tessin et de la Suisse alémanique, des renforts avec force d'indemnités de déplacement (par avion notamment), de nuitées d'hôtel, etc... Ce sont là des millions qui sont dépensés inutilement et à mauvais escient!

Le pire, c'est que ces hommes ne connaissent pas le terrain sur lequel ils sont appelés en renfort, que pour certains d'entre-eux, la maîtrise de la langue leur fait défaut, si bien que dans certains cas, il se perdent et ne savent communiquer leur position (bienvenue en terre inconnue)...un comble!

Si le gouvernement fédéral ne solutionne pas cette lamentable situation, il y a fort à parier que le problème "genevo-genevois" devienne national dès lors que certains cantons auraient beau jeux, à raison, de dénoncer le déplacement de ces effectifs qui leurs sont dévolus à d'autres fins et ce par manque de priorisation des missions de l'Etat, notamment en matière de sécurité.

05:53 Publié dans Politique | Tags : douane, recrutement, sécurité, suisse | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

29/04/2010

"Nous recrutons" qu'ils disent...

douane2.jpg"Garde-frontière - Nous recrutons!"

Telle est l'affirmation que nous pouvons lire sur la page internet de l'Administration fédérale des douanes (http://www.ezv.admin.ch/ezv/00426/01469/index.html?lang=fr) sous la responsabilité politique du Conseiller fédéral (encore longtemps???) Hans-Rudolf Merz.

Nous le savons, Genève manque cruellement d'un effectif douanier digne d'un canton qui partage plus de frontière avec un Etat étranger qu'avec la Suisse et que cette situation a ses avantages, mais aussi ses inconvénients du point de vue de l'importation d'une criminalité qui commence sérieusement à pourrir la vie tant de Genève, mais aussi du ressenti des uns vis-à-vis des autres, notamment dans les relations transfrontalières.

Aujourd'hui on apprend (Tribune de Genève du 29 avril 2010) qu' "Ils sont une vingtaine, des aspirants gardes-frontière. Tous, sans doute, devaient se réjouir de commencer leur formation le 1er juillet prochain, au sein du Corps VI, engagé à Genève. Berne vient d’en décider autrement, en gelant brutalement tous les effectifs!".

Le gel de ces effectifs est la conséquence d'une décision politique du Parlement qui demande une réduction des effectifs du personnel de la Confédération.

N'y avait-il pas d'autres secteurs, dans le mammouth administratif fédéral, dans lesquels cette mesure aurait pu s'appliquer?

Le Département fédéral des finances manque-t'il à ce point d'imagination et de priorités pour tailler à la hussarde dans un effectif UTILE alors que "Genève est en sous-effectif chronique, et que le Corps VI doit demander chaque mois des renforts venus de Suisse alémanique» et qu' "Il manque en effet 70 collaborateurs pour occuper pleinement les 316 postes à disposition, dont 100 rien qu’à l’aéroport." selon son commandant?

Mais peut-être que le département en question s'imagine que celles et ceux qui ont réussis leur examen d'entrée vont tranquillement attendre leur engagement en 2011...Il peut rêver!

Alors que nos douaniers effectuent un travail de plus en plus difficile et qu'ils déploient des efforts considérables en terme de campagne de communication et de recrutement, cette décision est purement et simplement un affront et cet affront il est aussi fait à Genève qui a aussi droit à ce que ses frontières soient bien gardées (cela vaut aussi pour l'ensemble du territoire national). Genève a aussi droit à ce que le travail des gardes frontière soit complémentaire à celui de la police pour rétablir l'ordre et la sérénité dans notre canton.

Ainsi, je vais interpeller le Parlement à ce sujet pour tenter d'inverser cette tendance qui, à mon avis, ne va pas dans le bon chemin et nous mènera droit dans le mur, faute de prendre la barrière douanière dans le front.

05:17 Publié dans Politique | Tags : douane, frontière, sécurité | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |