21/10/2008

Constituante : le retour en grâce des partis politiques

Les jeux sont faits, la messe est dite. Les 80 membres de l’Assemblée constituante sont, depuis dimanche, adoubés par le peuple ou Conseil général selon la définition de la Constitution actuelle.

Beaucoup d’analystes et observateurs ont fait leurs commentaires sur le manque de présence féminine, de jeunes, de personnes de la société civile dans l’Assemblée élue, oui c’est vrai, le verdict du peuple est peut-être rude mais sans appel.

Ce qui est réjouissant, toutefois, c’est de constater le retour en grâce, à mes yeux, des partis politiques. En effet, à part deux exceptions (de taille) concernant les listes (GE)avance et celle de l’AVIVO, les partis politiques ont pu et ont su résister à la déferlante de listes dites de la « société civile » dont on aurait pu penser qu’elles auraient pu avoir un meilleur succès auprès de la population, cette population qui aurait pu voir là une chance unique de « baffer » les partis dits traditionnels.

Tel n’a pas été le cas et nous pouvons y voir un signe de reconnaissance d’utilité publique des partis mais aussi le signe que les partis sont aussi clairement identifiés comme étant également représentatif de la société civile. Leur rôle n’est-t-il pas est de défendre l’intérêt collectif à contrario d’intérêts particuliers ?

A toutes les élues et à tous les élus, je formule mes vœux de réussite dans le travail titanesque qu’ils vont devoir entreprendre, à savoir réécrire le contrat fondamental de vie en commun, notre ciment, la Constitution nouvelle dont Genève a tant besoin.

13:49 Publié dans Constitution | Tags : élections, constitution, constituante, partis | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

24/09/2008

La Constitution : un ciment qui nous unit tous!

La Constitution genevoise est une honorable vieille dame âgée de 160 ans puisque sa rédaction remonte à 1847, en pleine Guerre du Sonderbund, dans un contexte politique de quasi guerre civile marqué à Genève par des prises d'armes à Saint-Gervais. Une enfance turbulente donc pour cette constitution dont le père, le radical James Fazy, avait précédemment dissout le gouvernement cantonal par les armes.

Ce texte fondamental est en résumé le ciment commun qui nous unit tous, citoyens entre nous et citoyens avec notre Etat. Il définit les relations entre le peuple souverain et ses institutions politiques mais aussi les relations entre les individus d'un même Etat et les relations entre plusieurs institutions,( Les rapports Ville-Canton ,pour ne citer qu'un exemple qui revient fréquemment au coeur des débats).

De multiples modifications ont été apportées à la Constitution de 1847 depuis sa création, faisant de ce texte un patchwork mêlant archaïsmes et modernité.

Alors que nous vivons aujourd'hui à Genève une période « inédite » de prospérité économique, de paix sociale et politique on pourrait légitimement remettre en question la nécessité d'une telle révision. Elle apparaît néanmoins comme indispensable à la lumière des enjeux qui attendent Genève en ce début de XXIe siècle. 

Nous devons en effet, clarifier et protéger les droits individuels et collectifs face à la modernité (Internet, caméras, biométrique), ancrer Genève et ses institutions dans le XXle s:en inscrivant notamment le principe du développement durable, améliorer les relations entre institutions, éviter les doublons Ville-Canton, sortir Genève de l'impasse politique et assurer  les investissements futurs pour la prospérité du canton, repenser ensemble le rôle de l'Etat dans une politique sociale protégeant mieux les citoyens face à la globalisation nouvelle, redéfinir les compétences des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

Nous devons enfin faire preuve d'audace pour que nos enfants vivent avec des institutions efficaces propres à assurer la prospérité économique et la qualité de vie pour tous. 

Pour accomplir le travail titanesque de révision confié à l'assemblée qui sortira des urnes le 19 octobre prochain, le PDC propose une liste de candidats conjuguant l'expérience de la maturité et l'audace de la jeunesse, 24 candidats venus d'horizons différents, des candidats aux compétences multiples aptes à remplir l'objectif de la Constituante et à défendre les principes démocrates-chrétiens pour nos enfants.

Il s'agit de ne pas manquer ce tournant historique, cette occasion donnée de participer à l'élaboration d'un texte essentiel qui restera en vigueur pour 100 ans peut-être. L'avenir de nos enfants et petits-enfants est entre nos mains.

05:33 Publié dans Constitution | Tags : constituante, pdc, constitution | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |