18/03/2010

Indemnité de l’Etat pour Kadhafi : ne mélangeons pas tout !

Il y a lieu de dissocier cette question d'indemnisation, qui fait d'ores et déjà couler beaucoup d'encre et de salive, de toute l'affaire dite « Kadhafi ».

En effet, un premier volet concerne l'action de la police et de la justice genevoise qui a aboutit à l'arrestation de l'un des fils Kadhafi.

La loi est la même pour tout le monde, puissants et misérables, donc rien à dire ou à redire et surtout rien à s'excuser ou à se reprocher. La justice et la police genevoise n'ont fait que leur travail...eux.

Par contre, quant il y a une violation patente du secret de fonction, de la part d'un salarié, qui se permet d'engager la responsabilité de l'Etat qui le stipendie, en remettant à la Tribune de Genève une photo, donc un document appartenant à l'identité judicaire, là, il y a un sérieux problème.

Il y a un sérieux problème car ce genre de comportement jette l'opprobre sur la justice et la police qui mérite toute notre confiance.

Il y a un sérieux problème, car cet acte grave de violation du secret de fonction peut concerner nous toutes et nous tous,.

Je ne pense pas que nous puissions apprécier le fait que notre dossier fiscal ou autre dossier avec des données personnelles se retrouve en pâture dans l'opinion publique, sans autre forme ?

L'Etat, en versant une indemnité, ne pouvait que reconnaître sa responsabilité dans le cadre d'un acte indélicat.

Il ne faut donc pas en vouloir à l'Etat mais bel et bien à la personne qui a faillit dans son devoir professionnel, qui reste à retrouver (l'enquête doit s'accélérer d'ailleurs) et à punir...en lui demandant, par exemple, de rembourser l'Etat et le contribuable.

***

A entendre aussi un son de la RSR et de Radio Cité :
http://info.rsr.ch/fr/rsr.html?siteSect=201&playerMod...

 

http://radiocite.ch/menu-143-39-07h08h-%3A-p-decaillet.html

09:33 Publié dans Politique | Tags : genève, police, justice, kadhafi | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bof, j'avais déjà prédit dans mon billet du 04.09.09 que l'Etat de Genève allait probablement verser une indemnité à Mr Hannibal Kadhafi. Pas besoin d'avoir fait du droit pour savoir ça !

http://libertas.blog.tdg.ch/archive/2009/09/04/photos-d-hannibal-kadhafi-dans-la-tdg.html

Ce qui serait bien à présent, c'est une "fuite" à la rédaction de la TdG qui dénoncerait le ou les coupables ayant livré lesdits clichés anthropomorphiques au quotidien...

Les flics, quant à eux, se tiennent les coudes dans les coups durs. Aucun de ces fonctionnaires ne sera assez courageux pour dénoncer le ou les collègues qui ont fauté dans cette affaire.

Écrit par : F.M | 17/03/2010

I.

"La loi est la même pour tout le monde, puissants et misérables, donc rien à dire ou à redire et surtout rien à s'excuser ou à se reprocher. La justice et la police genevoise n'ont fait que leur travail...eux."


Ainsi le Parti démocrate chrétien cautionne la triple violation (Convention européenne des droits de l'homme, Constitution fédérale et Constitution cantonale) dont a été victime le "puissant" au prétexte que les "misérables" en sont victimes quotidiennement, en des formes plus graves il est vrai.

Voilà qui, comme le mépris des accords de libre circulation en matière fiscale, va, après la combustion en cours, exploser au nez de Genève et de la Suisse.

Et peut-être aussi, qui sait, au nez de l'Europe. Une connerie qui explose au nez de l'Europe, cela ne vous rappelle-t'il pas Sarajevo (1914) ?



II.

"Il y a un sérieux problème, car cet acte grave de violation du secret de fonction peut concerner nous toutes et nous tous"

La possibilité qui est donnée aux collaborateurs de la police d'accéder à des dossiers sans que cela ne soit commandé par un besoin de service démontre la mauvaise organisation de l'Etat. Cette mauvaise organisation est, au vu de nature des données, une carence illicite. La même conclusion s'impose s'agissant de l'absence de journalisation des accès.

Écrit par : CEDH | 17/03/2010

Les commentaires sont fermés.