17/09/2009

OMC : ne ruinons pas nos efforts.

images.jpgIl y a quinze ans, Genève et la Suisse se mobilisaient pour accueillir le siège de l’Organisation mondiale du commerce. Avec succès !

Aujourd’hui, celle-ci s’est agrandie et a besoin de locaux adaptés.

La Confédération lui a donc proposé une solution, mais celle-ci est attaquée par un référendum de l’extrême gauche !

Ne nous méprenons pas. Au-delà du projet en lui-même, qui est d'ailleurs excellent, c'est en fait la vocation internationale de Genève qui est menacée.

Dire non à l'extension de l'OMC, c'est dire à cette organisation que nous n'avons pas besoin d'elle à Genève.

C'est plus globalement dire que nous nous fichons de notre tradition d'accueil et que nous mettons à la poubelle tous les efforts consentis pour recevoir les nombreuses organisations internationales qui font la réputation de notre canton dans le monde.

C'est enfin dire que nous méprisons les retombées, pourtant extrêmement positives, que les organisations internationales apportent à Genève : image dans le monde, retombées économiques et financières, infrastructure de qualité, liens avec le monde académique, etc.

Restons cohérents avec notre tradition d'accueil et disons OUI au projet de rénovation et d'extension de l'OMC.

 

07:56 Publié dans Politique | Tags : omc, extension, votation | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Restons cohérents avec notre tradition d'ouverture de nos parcs à la population. N'acceptons pas qu'une organisation, même pas dans le système onusien, commence à s'entourer de murs de 1m 80 et de fossés contre des dangers imaginaires en face du lac. Disons un NON massif au projet d'extension de l'OMC

Écrit par : ORSINI Magali | 17/09/2009

Versons les 100'000 francs à ce que d'aucuns aiment encore à dire un pays. Il s'agit en fait d'une grande étendue désertique pourrie par le fric facile et dirigée par une famille de malades. Le plus grave dans tout cela, c'est que toute l'Europe est à leurs pieds pour raisons économiques. Alors, oui, donnons-leur ce fric comme une aumône faite à des dégénérés sans scrupule et dépourvu d'éducation. Oui, lançons-leur ces quelques billets des contribuables genevois à la figure de cette ignorance crasse venue du désert. Montrons-leur notre mépris et attendons leurs prochaines revendications. Car c'est bien de cela qu'il s'agit. Ces malades sont d'un autre temps et nous autres les suisses, plus précisément les élus politiques, continuons de nous croire supérieurs aux autres et d'ignorer la réalité politique du moment. Mais de grâce, chers élus, ne venez plus nous donner des leçons de morales.....

Écrit par : lappal | 17/03/2010

Les commentaires sont fermés.