21/08/2009

Affaire Kadhafi : la Suisse baisse le froc et Merz son slip !

"J’exprime mes excuses au peuple libyen pour l’arrestation injuste de diplomates libyens par la police de Genève" a déclaré le président suisse lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre libyen Al-Baghdadi Ali al-Mahmoudi. (source : www.tdg.ch).

Voilà comment, en quelques mots, la Suisse baisse son froc et Merz son slip face à un régime anti-démocratique et totalitaire !

La Confédération qui n’a de cesse de nous « bassiner » avec le fédéralisme, dans ce cas, s’assied allègrement dessus en désavouant les institutions cantonales, qui n’ont pas été informée de cette mission diplomatique présidentielle (information à vérifier) mais plus grave encore, le travail de la police genevoise en portant un jugement d’injustice !

Mais quelle injustice ? Ce qui est injuste, c’est que le citoyen contribuable à Genève, qu’il soit bien de chez nous, confédéré ou étranger, n’a pas la « chance » de s’appeler Kadhafi et vis-à-vis de ce citoyen, est-ce que l’on s’excuse de l’arrêter, de le juger et de l’incarcérer ?

Notre justice est la même pour le riche et le misérable, pour M. Kadhafi ou M. Dupont, pourquoi faire des différences ? N’est-elle pas ici l’injustice ?

Il est du devoir du Conseil d’Etat doit demander, de manière vigoureuse, des explications au gouvernement fédéral si ce dernier a agit dans son dos, faute de quoi les autorités cantonales avaliseront, de manière tacite, ces méthodes anti-fédéralistes.

Finalement, la seule note positive dans toute cette affaire et ces excuses, c’est le retour à la maison de nos deux compatriotes retenus en otage par la clique de Kadhafi, en espérant que ces excuses n’ont pas d’autres motifs et je veux parler ici de motifs commerciaux.

P.S.
Au fait, en matière de gestion de la police, si Berne sait mieux faire, qu’elle reprenne l’ensemble des corps de police cantonaux à son compte et qu’elle les finance.

09:55 Publié dans Politique | Tags : merz, kadhafi, otages, suisse | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

Commentaires

M. Fabiano Forte :

Vous vous égarez un peu me semble-t-il ...

Sur le fond du problème, à savoir que la Suisse "a baissé son froc" en présentant des excuses par la bouche même de notre Président de la Confédération, nous sommes d'accord.
Nous sommes également d'accord sur le fait que les propos de M. Merz prononcés à Tripoli ont désavoué le police genevoise et surtout notre Etat de droit.

En revanche je ne partage pas du tout votre analyse, lorsque que vous écrivez :
que " La Confédération aurait désavoué les institutions cantonales en ne les informant pas de cette mission diplomatique présidentielle."

La Confédération est parfaitement dans son rôle en prenant une telle initiative qui est de sa SEULE compétence, la politique étrangère étant du ressort de la Confédération et non pas des cantons ! Elle aurait pu certes en informer le canton de Genève, mais n'y était aucunement obligée. Peut-être l'a-t-elle fait, qu'en savez-vous ?

Pour le reste de toute cette affaire, c'est évidemment scandaleux et le seul point positif, pour autant qu'il se confirme car avec la clique de Tripoli tout est possible, ce serait la libération de nos deux compatriotes !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 20/08/2009

Monsieur Forte,

Vous regrettez que la justice ne soit pas le même pour le riche ou le misérable.

Vous perdez de vue que l'arrestation du fils agité (et non du père terroriste) n'a pas été effectuée dans les règles de l'art, c'est-à-dire dans le respect de la Convention européenne des droits de l'homme.

La Constitution genevoise a été violée avec la bénédiction de Moutinot qui a supervisé l'intervention policière. Je vous renvoie à l'adresse suivante :

http://constitutiongenevoise.blog.tdg.ch

Certes, les procédés policiers illégaux sont usuels. Mais cela ne les justifie pas.

Faut-il maltraiter le riche comme on maltraite un misérable, c'est-à-dire sequestrer arbitrairement le riche comme on le fait avec le misérable, ou bien alors, faut-il traiter le misérable comme un riche, c'est-à-dire, respecter ses droits ?

Pour ma part, j'ai la faiblesse d'incliner pour la deuxième solution : le respect par l'Etat des droits de tous, indépendamment de savoir s'il sont riche ou misérable.

Finalement, tant la Suisse que la Lybie ont montré leurs travers usuels.

Bien à vous.

Écrit par : CEDH | 20/08/2009

Et dire que par la politicienne PDC Anne-Marie Von Arx-Vernon le scandale, bien malgré elle, est arrivé. Elle aurait mieux fait de ce casser une jambe ce jour là, au lieu de la mettre dans ce guêpier ... !

23 cantons et moi le savent, la Police n'a pas fait dans la dentelle. Seul Genève a des lorgnettes et ne veut pas l'avouer. Ce conflit ridicule aurait pu être évité, n'est-pas Monsieur Moutinot; l'obstination des Genevois m'exaspère! Ou est-ce l'arrogance de la Police, une des mieux payée du Monde !!! Cette histoire, combien de dollars a cela a couté à la riche Suisse et combien cela en coûtera encore à l'Etat de Genève, perte d'impôts y comprise ?

Si l'envie ou la curiosité vous prend, allez voir mon commentaire sur mon blog "etoiledeneige" de la TdG. Bien à vous et sans rancune BM

Écrit par : Etoile de Neige | 21/08/2009

Cher Fabiano,
Je partage l'opinion de mes 3 préopinants. La Suisse n'a rien fait d'autre que réparer les dégâts commis par notre canton dans cette affaire. La honte, j'en ressens en tant que Genevois face à mes compatriotes de toute la Suisse. Les excuses de Merz, c'est pas agréable, je suis d'accord, mais elles vont nous soulager, parce que cette affaire est (presque) terminée.
Le Conseil fédéral n'avait pas d'autre choix. Et regarde, lorsque Khadafi a dit vouloir démanteler la Suisse, c'était le silence dans la Communauté internationale. Personne pour nous appuyer. Nous sommes bien seuls...
Ne t'énerve pas contre Merz. Il a fait son boulot en tant que Président de la Confédération. Dirige ta colère plutôt contre Moutinot et ses brillants petits copains qui ont arrêté Hannibal et sa femme.
D'ores et déjà mes meilleurs voeux pour le 11 octobre prochain !
Au plaisir,
Amitiés,
Murat

Écrit par : Murat Julian Alder | 21/08/2009

L'Etat de Genève a reçu une baffe monumentale de la part du Président de la Confédération pour la gestion lamentable de cette crise ridicule. Au Japon, le chef de Police aurait fait Hara-Kiri; ici on se cache la tête dans le sable, pour laisser passer la tempête. Or, la tempête est devenu un ouragan ...
Merz a été envoyé au casse-pipe par le lobby Suisse.
Genevois, soyez un brin reconnaissant; sachez que baisser son slip est plus honorable que de se faire baiser par des chameliers mal élevés !

Écrit par : Etoile de Neige | 21/08/2009

j'ai partage vos peines sur la liberation de Monsieur Max, mais c'est que je peux vous demandez en ma qualite d'un humaniste et membre de l'Amnesty International , qu'est ce que vous pouvez entendre de nous afin que ce probleme cessez aux oreille de la population , la liberation ou les interets politique ou les enjeux mercantiles des politiciens.
sincerement
Constant Tshimbalanga kalala
Ecrivain humaniste et membre de l'Amnesty International

Écrit par : constant kalala | 26/03/2010

SVP M. Constant Kalala, en tant que membre ne faites rien et restez fidèle aux principes d'Amnesty International : ne pas bouger ! juste dénoncer ! Mais en tant qu'humaniste, vous avez certainement beaucoup de choses intéressantes à nous dire.

@Etoile de Neige
C'est bien d'avoir rappeler le rôle joué par Mme Anne-Marie Von Arx-Vernon. Je fais partie de celles et ceux qui pensent qu'elle a surtout voulu se faire une pub sur le dos des deux employés du fils Kadhafi. Quant au Substitut du Procureur qui a lui aussi voulu se faire une pub, on en reparlera certainement beaucoup plus après le dénouement de l'affaire.

Écrit par : lappal | 26/03/2010

Les commentaires sont fermés.