21/04/2009

Le provocateur iranien a encore frappé!

Ce qui devait arriver, est arrivé.

Les propos tenus par le Président iranien Ahmadinejad, en marge de la conférence contre le racisme à Genève, sont inacceptables et doivent être condamnés avec la plus grande vigueur.

 

Comment peut-on accepter qu’un « Chef d’Etat » salisse la mémoire de millions de morts et  salisse le deuil de leur famille ?

 

Comment accepter le détournement d’une conférence onusienne, sur un sujet cher au démocrate-chrétien que je suis, à savoir la lutte contre tous les racismes, ai fait l’objet d’un tel détournement qui ne vise que des buts de politique intérieure ?

 

Il y a lieu de condamner l’attitude du président iranien tout comme il y a lieu de condamner l’attitude du Conseil fédéral qui, comme dans l’affaire du secret bancaire, n’a visiblement pas l’ombre d’une stratégie claire et a laissé ainsi une tribune libre, sans autre forme de rétorquassions, à un homme fort peu recommandable.

 

Il est temps que le gouvernement fédéral se reprenne en main et fasse savoir à l’opinion publique si les propos tenus par ce « Monsieur », sur notre territoire, ne doivent pas faire l’objet d’une condamnation officielle de la part de la Suisse.

08:49 Publié dans Politique | Tags : iran, racisme, négasionnisme | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher Monsieur Forte,

Une fois n'est pas coutume, nous nous rejoignons sur ce coup.

Le Conseil fédéral doit absolument condamner ces propos.

Et quitter cette conférence. Le président iranien ne les a pas proférés en marge de la conférence, mais pour l'ouvrir, ce qui donnera le ton pour la suite de ses travaux...

Oui, il faut une stratégie, une stratégie active qui passe nécessairement par le retrait de notre délégation.

Écrit par : Soli Pardo | 21/04/2009

CHRISTOPH BLOCHER Président, cela ne se serait pas passé comme cela! Avec ses manières à lui (qu'on lui a tellement reproché et qui ont servis de prétextes pour le virer) il aurait su faire respecter notre pays et imposer nos méthodes et traditions en matière de respect! Certes cela aurait pu être -osé- mais aujourd'hui nous avons honte du comportement de nos Conseillers Fédéraux depuis quelques mois, alors pas de doute, nous aurions certainement quelques brins de fierté d'avoir un homme à la tête de notre Etat, qui aurait su faire comprendre clairement, voire vertement, que nous l'accueillions par obligation, mais que nous n'avions pas de point commun avec sa propagande idéologique.
Avisé au préalable, ce n'est pas sûr que M. Ahmadinedjad aurait fait le déplacement.

Écrit par : Corélande | 21/04/2009

@Fabiano

Les propos critiques de Christophe Darbelley dans "Le Temps" ce matin on déjà un peu adoucit mon réveil, et votre billet me met un peu plus de baume au coeur!

Je suis fier de faire partie de la grande famille du PDC! Et même si parfois je fais figure de réac-jusqu'au-boutiste-extreme-centriste parmi mes camarades de section plus modérés, j'en appelle à un effort de rapprochement du Centre jusqu'à la Droite nationaliste pour réaffirmer les valeurs qui fondent notre Démocratie, et pour lutter contre l'instrumentalisation des Droits de l'Homme par des régimes autocratiques (et très peu auto-critiques!) que la Gauche noie (Bien que Mme Calmy-Rey semble finalement montrer des signe de doutes personneles salutaires...).

J'espère que le PDC genevois participera à l'initiative de Mr. Valente le 23 Avril: Un dialogue politique sur le sort de nos otages et un front uni mobilisé contre les autocrate est indispensable à l'heure ou Genève assiste à la pire durbandade humanitaire de son histoire! Le PDC doit lui aussi réaffirmer les valeurs de la Suisse!

Le PLR, l'UDC et le PDC doivent, pour un temps, réussir à négocier une trève politique. Je vous en prie Mr. Forte: mobilisez la section genevoise le 23 Avril! Mr. Valente est un interlocuteur de qualité, et son initiative est un véritable geste en faveur des droits humains!

Soyons unis: Pour la Suisse, pour la Démocratie, pour la République!

Et j'adore votre initiative Jedi! @;-)

Forza Forte!

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 21/04/2009

@ Corélande

Vous souffrez d'un défaut de mémoire affligeant: en suisse l'article 261bis cp, article luttant contre le racisme et le négationnisme a été vivement combattu par l'UDC, dont Christophe Blocher en premier, qui y voyait une atteinte à la liberté d'expression. En 2006 lorsqu'il s'est rendu en Turquie en tant que Conseiller fédéral, il a regretté publiquement et unilatéralement, faisant fi des lois de son propre pays et de la collégialité, les démélés qu'avait alors avec la justice suisse un écrivain turc niant le génocide arménien, que la Suisse avait préalablement reconnu. Penser que Blocher est la nouvelle figure de proue de la lutte contre le négationnisme, quand on a un peu de mémoire, ça fait doucement rire...

Comme un tel rappel n'a pas été validé depuis hier sur un blog tenu par un membre de l'UDC genevois (censure?), je tenais à le remettre ici. Apparemment les gens qui ont une mémoire dérangent.

Écrit par : Audrey | 21/04/2009

@Audrey

Il est bien sûr difficle de conterdire vos affirmations sur le problème du génocide arménien et l'attitude de Blocher.. Cependant la figure de Blocher reste inscrite dans nos instituions démocratiques: jamais il n'a eu le pouvoir d'un autocrate. Il est vrai qu'il aurait pu défendre "le droit à la liberté d'expression" comme l'ambassadeur de Suisse qui n'est pas sorti lors du discours d'Ahmadinejad (alors même que considérer ce boycott comme une censure est absurde: Ahmadinejad a non seulement pu continuer à parler, sous les appaludissements de certains, mais en plus à voir les réaction sur certains forum dont celui du matin et certains blogs ici, il a atteint son but: se présenter comme un champion du monde arabo-musulman face à l'occident, quand bien même d'un autre côté il couvre avec la ligue arabe les massacres du darfour qui ont fait plus de 300'000 morts en 5 ans!)... Mais vous voyez que cette défense, quand il s'agit de révisionnisme, peut être revendiquée par la gauche comme par la droite... La preuve en est: l'extrême-gauche n'a pas comdamné...

Maintenant, entre les condamnations casi inexistante de Hans-Rudolf Merz, et la condamnation pénale de la négation du génocide arménien par Blocher, le tout sur fond de défense du non boycott du discours de Ahmadinejad par l'ambassadeur suisse et l'attitude contradictoire de Mme calmy-Rey, vous comprendrez que nous sommes tombé dans un vaste piège et que nous sommes tous désormais sur le fil du rasoir. Repenser notre positionnement, et nous réaffirmer en tant que Démocratie face aux autocrates devient donc une question brûlante qui dépasse très largement les clivages politiques! Et l'extrême-gauche n'est pas en reste! Quand on cite Lénine et Mark, qui sont deux figure parmi les plus éminente à la base d'importante persécutions religieuses, réelles, du siècle passé dans les régimes communistes, et qu'en même temps on traite de fasciste islamophobe des gens qui critique des dérives religieuses contraires aux droits humains, on se met soi-même dans une terrible contradiction! Demandez-donc à luzia ce qu'elle en pense...

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 21/04/2009

Carlitos

Je laisse le soin à Luzia de s'exprimer par elle-même. Mon propos visait ici surtout à dénoncer la récupération politique. On peut être d'accord ou non avec la légitimité de l'article 261bis, reste que l'UDC a ces temps tendance à travestir sa pensée pour surfer sur la vague. Je trouve ça profondément malhonnête, passez-moi l'expression "faut pas prendre les gens pour des cons".

Je ne pense pas que l'extrême-gauche, plurielle tout de même, soutienne ce genre de propos. Le président iranien n'est pas le champion de la défense arabe, reste que ces déclarations sont suivies par la presse, les quidam et les partis politiques parfois douteux. Le président iranien est un épouvantail de l'Islam, qui arrange beaucoup de monde, sur les blogs tdg l'UDC en premier, qui en profite pour remettre une couche avant les votations de novembre, devenant tout à coup à la fois anti-négationniste et féministe...le besoin politique a parfois un caractère vraiment "comique". J'ai une profonde pitié pour ceux qui se laissent berner.

En même temps, que fallait-il faire? Couper le micro? Je n'ai pas de solution toute faite devant les dérives racistes, mais reconnaissons qu'il ne suffit pas de couper les micros pour assainir les consciences, ce serait effectivement plus simple. Dès lors, il est aujourd'hui facile pour nous de parler hors d'un cadre diplomatique. Si la condamnation et le boycott peuvent paraître moralement nécessaire, je ne suis pas certaine que ces instruments soient les plus efficaces pour que l'Iran puisse se sortir de cette impasse. En même temps, il n'est effectivement pas sûr que laisser la liberté à la parole ait plus d'effets. Je crois que dans une réelle optique d'appaisement des conflits à long terme, chacun devrait se mettre à la place de cet ambassadeur et de Mme. Calmy-Rey et simplement se rendre compte que le choix de la réaction la plus appropriée n'est de loin pas aussi évident que cela.

Bonne journée

Écrit par : Audrey | 21/04/2009

Je réitère, MONSIEUR BLOCHER PRESIDENT, n'aurait pas limité la liberté d'expression qui est un droit pour tout citoyen du monde et je suis également contre cette loi qui justement contrarie le but qu'elle dit poursuivre. Qui plus est, nous sommes souvent ici traiter de racistes, voire de nazis, et je m'en fous royalement ces propos appartiennent à ceux qui les prononcent, pas à moi!
Donc le meilleur moyen de ne pas laisser quelqu'un tenir des propos que vous ne voulez pas entendre, ou auxquels vous n'adhérez pas, c'est de ne pas entrer, ou de ne pas laisser entrer (notamment de la part des dirigeants qui ont le pouvoir.....)en matière!
L'hypocrisie est aujourd'hui le mal majeur qui permet tout et n'importe quoi, car pour être politiquement correct, surtout dans notre pays, il faut garder la muselière, voire même défendre les projets auxquels on ne croit pas. C'est absurde!

Écrit par : Corélande | 21/04/2009

@ Corélande

Votre proposition est d'une logique inénarable: pour supprimer le racisme, il n'y a qu'à plus lui donner ce mot. C'est vrai que c'était pourtant simple. On pourrait faire de même avec les génocides, supprimer le mot et nous réglerons le problème...Oui, mais bon...

En matière de défendre les projets auxquels on ne croit pas, je vous conseille donc d'écrire à votre section locale...

Écrit par : Audrey | 21/04/2009

@Audrey

Je prendrai le temps de vous répondre plus tard.

Meileures

Carlitos

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 21/04/2009

La gauche plurielle ? Ils sont combien ? deux ? Je constate que vous aimez les fines appellations ! Si il y avait eu une panne de micro, la gauche aurait, bien entendu, déclaré que c'était scandaleux. Cette même gauche n'a pas commenté l'anniversaire de la Shoa, est-ce un oubli ou une volonté de montrer sa position anti-juive et pro-arabe ? Dans cette affaire, la gauche à une mine piteuse !

Écrit par : Octave Vairgebel | 21/04/2009

Disons que les pannes de micro ont plutôt eu lieu lors de l'intervention de l'ex-otage palestinien en Lybie, et les 120 accréditions qui viennent d'être retirées l'ont toutes été pour des ONG israéliennes et irainiennes d'opposition!... @;-)

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 21/04/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour Fabiano,

je viens ici vous témoigner mes remerciements pour nous avoir rejoint pour soutenir nos deux ressortissants retenus à Tripoli.

J'en profite pour saluer l'ouverture et le dialogue que j'ai eu avec Carlitos de Unamuno. Il m'a beaucoup épaulé dans les démarches qui ont précédé la manifestation.

Merci Messieurs, une poignée de main sincère à tous deux.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 21/04/2009

Les commentaires sont fermés.