28/03/2009

Alerte enlèvement : le fédéralisme à bon dos!

2802_alerte_enlevement.jpgDepuis l'entrée en fonction de Madame la Conseillère fédérale Evelyne Widmer-Schlumpf, force est de constater que son action est pour le moment convaincante tant dans les actes que dans les décisions et qu'elle a su reprendre en main rapidement les dossiers du Département fédéral de justice et police.

Malheureusement, lors de la dernière session des Chambres fédérales, elle a fait obstacle à la mise en place d'un système "Alerte enlèvement" dans notre pays en avançant des arguments que l'on peu qualifier de faibles (réponse à l'heure des questions du Conseil national - 09.5178 / discussion au Conseil des Etats sur la motion 08.3928), mettant en exergue l'autonomie des cantons et des arguments technocratiques.

Est-ce qu'en Suisse la protection et la sécurité des enfants, des jeunes et des adultes doit s'arrêter aux frontières cantonales?

La réponse est NON tant le sujet est de la plus haute importance et dans ce cas la protection de la population doit aller au-delà des frontières cantonale car une solution nationale s'impose. Toute argumentation contre un tel projet est perçue comme une excuse bureaucratique et juridique sur la forme. Dans le cas présent, il est incompréhensible de ne pas s'en tenir au fond du problème.

Ainsi, il est temps que Madame Widmer-Schlumpf présente un calendrier pour la mise en place d'une "Alerte enlèvement" lors de la prochaine réunion (3 avril 2009) des directeurs cantonaux de justice et police.

Il incombe à la Confédération de prendre les choses en main et de faire en sorte qu'une solution soit trouvée avant la fin de l'année.

10:13 Publié dans Politique | Tags : alerte, enlèvement, fédéralisme | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

M. Forte, nous n'attendrons pas la fin 2009 pour agir...si les politiques à Berne sont autistes aux exigences du Peuple, alors le Peuple viendra à Berne au Conseil Fédéral... Mme "Stroumph", contrairement à M. Couchepin, devra bien céder, lorsque nous serons devant ses fenêtres, à réclamer sa démission... et oui, la solution sera Nationale, voire même européènne...car toute l'Europe, en a marre de cette zone grise que représente la Suisse, un véritable sanctuaire à kidnappeurs...
Nous sommes heureux que le PDC soit à nos côtés pour ce combat qui nous concerne tous, toutes catégories sociales et culturelles confondues...

Écrit par : mur | 28/03/2009

... je ne comprends pas... on ressasse cette idée de loi cadre fédérale, alors qu'une alerte enlèvement peut être mise en place en 30 jours chrono :

1. la SSR s'engage sur une base volontaire à diffuser toutes les alertes que les polices cantonales mettent sur leur site internet (pas besoin d'une loi)

2. les directeurs cantonaux de justice et police modifient le Concordat du 5 novembre 1992 sur l’entraide judiciaire et la coopération intercantonale en matière pénale (ajout d'un article "alerte disparition") (cela peut se faire en 30 jours avec un peu de bonne volonté)

Résultat, pas besoin de modifier la constitution fédérale, pas besoin de passer par une loi cadre fédérale, pas besoin de faire des émissions TV avec les pros qui seront réélus lors des prochaines élections parce qu'ils soutiennent une bonne idée (mais les mauvais moyens pour y parvenir qu'ils leur permettent toutefois de passer à la TV), etc etc

non ?

Écrit par : Soe | 28/03/2009

Les commentaires sont fermés.