30/10/2008

Rémunération de la police : un expert pour comprendre!

« Le département des institutions a chargé M. Mario Annoni, ancien président du Conseil d'Etat du canton de Berne, de procéder au recensement de tous les éléments juridiques et pratiques concernant la rémunération de l'ensemble des collaborateurs du corps de police ainsi qu'à la description des modes de calcul de leurs heures supplémentaires, en fonction des horaires auxquels ils sont soumis. »

C’est ce que nous pouvions apprendre à la lecture du point presse du Conseil d’Etat d’hier.

En deux mots, c’est là, l’aveu du département des institutions qu’il paie des salaires sans comprendre leur structure, sans comprendre sur quoi cela repose ! Ainsi, on va devoir attendre un rapport d’un expert externe pour y voir clair…C’est comme si je devais mandater un auditeur externe pour qu’il m’explique les 12 salaires que je verse mensuellement à mes collaboratrices et collaborateurs, en matière de gestion d'entreprise, chapeau !

Bon soit. Attendons donc les conclusions du rapport de M. Annoni mais attendons surtout de voir ce que le gouvernement en fera.

En ce qui me concerne, je souhaite la formation d’une commission paritaire (Etat-syndicat-Grand Conseil) qui remette à plat tout le système de rémunération de la police afin de le simplifier et de le réévaluer. Ce vaste chantier, la police le réclame depuis de nombreuses années, il faut y donner suite. Toutefois, il faut une implication parlementaire plus forte dans le processus afin d’éviter que le gouvernement fasse des promesses qu’il ne pourrait tenir.

In fine, toute cette affaire, fait une nouvelle fois démonstration que le département des institutions n’a plus de pilote et que le navire est à la dérive…à vous de juger!
 

 

 

05:32 Publié dans Politique | Tags : police, rémunération, institutions | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

22/10/2008

Quand le Groupe Mutuel tire sur l'ambulance!

Non content d’avoir pu, une nouvelle fois, imposer une hausse des primes maladies pour 2009, voilà que l’on apprend que le Groupe Mutuel dénonce à Genève une convention qui le liait avec le canton. Face à cette situation, j’ai déposé ce jour l’interpellation urgente écrite ci-dessous :

 

 

Secrétariat du Grand Conseil

 

Interpellation présentée par le député:
Fabiano Forte

 

Date de dépôt:
Messagerie

IUE 

 

Interpellation urgente écrite
Quand le Groupe Mutuel tire sur l’ambulance !

Le 2 mai 2006, le groupe démocrate-chrétien avait déposé une motion (1688) alors qu’il avait appris que les assureurs maladie pouvaient suspendre la prise en charge des frais de prestations en cas d’insolvabilité de ses assurés.

C’est ainsi que cette disposition avait entraîné des conséquences dramatiques puisque, et ce sont les cas qui nous étaient connus en son temps, trois personnes séropositives s’étaient vu ainsi refuser des traitements et la délivrance de médicaments.

Suite à cette motion, retirée lors de la dernière session, le Gouvernement avait pris les choses en main et avait conclu des conventions avec les assureurs permettant ainsi une stabilisation de la situation mais surtout une aide aux personnes étant très gravement atteintes dans leur santé et pour qui les traitements sont particulièrement coûteux mais vitaux.

Ainsi donc, nous avons pu apprendre que le Groupe Mutuel décide, de manière unilatérale, de dénoncer la convention signée avec le canton de Genève (les cantons de Vaud et du Valais sont aussi concernés). Cela s’appelle « tirer sur l’ambulance » surtout dans des cas où des assurés ont besoin de traitements vitaux.

S’il est peut-être vrai que certains assurés font preuve de légèreté dans le paiement de leurs primes, il est vrai aussi qu’un grand nombre d’entre eux, touchés très gravement dans leur santé, se trouvent dans des situations de précarité extrême, leur santé ne leur permettant pas d’avoir une activité professionnelle générant un revenu suffisant et c’est précisément pour cela que pour beaucoup de situations d’insolvabilité voient le jour.

C’est face à cette intolérable désinvolture basée sur des considérations économiques, dénuée de toute considération humaine que j’aimerais savoir : ce qu’entend faire le Gouvernement pour que la convention soit tout de même respectée et le cas échéant ce qu’il entend entreprendre vis-à-vis des assurés concernés ?

 

 

 

 

 

16:16 Publié dans Interventions parlementaires | Tags : assurance, maladie | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Ce "ptit" bout de femme va nous manquer

soeur-emmanuelle-2670371_1378.jpgCette émission se passe de commentaires : c’était Sœur Emmanuelle.

Pour voir l’extrait de l'émission de Bernard Pivot en 1996, cliquez ici.

08:08 | Tags : soeur, emmanuelle | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

21/10/2008

Constituante : le retour en grâce des partis politiques

Les jeux sont faits, la messe est dite. Les 80 membres de l’Assemblée constituante sont, depuis dimanche, adoubés par le peuple ou Conseil général selon la définition de la Constitution actuelle.

Beaucoup d’analystes et observateurs ont fait leurs commentaires sur le manque de présence féminine, de jeunes, de personnes de la société civile dans l’Assemblée élue, oui c’est vrai, le verdict du peuple est peut-être rude mais sans appel.

Ce qui est réjouissant, toutefois, c’est de constater le retour en grâce, à mes yeux, des partis politiques. En effet, à part deux exceptions (de taille) concernant les listes (GE)avance et celle de l’AVIVO, les partis politiques ont pu et ont su résister à la déferlante de listes dites de la « société civile » dont on aurait pu penser qu’elles auraient pu avoir un meilleur succès auprès de la population, cette population qui aurait pu voir là une chance unique de « baffer » les partis dits traditionnels.

Tel n’a pas été le cas et nous pouvons y voir un signe de reconnaissance d’utilité publique des partis mais aussi le signe que les partis sont aussi clairement identifiés comme étant également représentatif de la société civile. Leur rôle n’est-t-il pas est de défendre l’intérêt collectif à contrario d’intérêts particuliers ?

A toutes les élues et à tous les élus, je formule mes vœux de réussite dans le travail titanesque qu’ils vont devoir entreprendre, à savoir réécrire le contrat fondamental de vie en commun, notre ciment, la Constitution nouvelle dont Genève a tant besoin.

13:49 Publié dans Constitution | Tags : élections, constitution, constituante, partis | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |